Les CP rencontrent Jean Leroy


Lundi 22 janvier, les CP ont rencontré Jean Leroy, un écrivain, et  lui ont posé des questions.

Moïra :Es-tu célèbre ?

Jean Leroy :Je suis un peu célèbre mais on ne me reconnait pas dans la rue. Mes livres sont célèbres. Certains sont traduits dans une autre langue. D’autres enfants d’autres pays peuvent les lire.

Altaïr : Est-ce que tu lis souvent des livres ?

Jean Leroy : Je lis beaucoup et de tout. Je lis beaucoup de BD, de romans et des albums de jeunesse.

Marceau et Maïssam : Sur quoi et avec quoi écris-tu tes histoires ?

Jean Leroy : J’écris directement à l’ordinateur.

Adnane :Qui fait tes illustrations ?

Jean Leroy :Ce n’est jamais moi. J’écris d’abord mon histoire et ensuite je choisis mon illustrateur. Soit, je le connais, soit je le rencontre dans des salons. Je regarde aussi beaucoup des sites internet d’illustrateurs. J’ai publié 16 livres avec Matthieu Maudet.

Naïm : Comment gagnes-tu de l’argent ? Est-ce que tu as des heures de travail ?

Jean Leroy : Je ne suis pas obligé d’être pile à l’heure parfois oui et parfois, les jours sans idée, je ne peux pas écrire. Donc je fais autre chose, je cherche des idées.

Je suis payé quand je vends des livres et je suis payé quand je travaille dans une école comme aujourd’hui.

Moïra : Comment t’as eu l’idée d’être écrivain ?

Jean : Pour devenir écrivain, il n’y a pas d’étude. Avant, j’étais instituteur sur Roubaix, ça fait 7 ans que je suis qu’écrivain.

Adam : Comment trouves-tu toujours de nouvelles idées ?

Jean Leroy :Il y en a qui arrivent toutes seules comme pour Les orteils. Il faut vérifier que personne n’a eu la même idée, c’est interdit. Parfois je me lance des défis comme faire une histoire de ferme, un conte. Parfois j’écris à 4 mains avec une amie. Parfois c’est l’éditeur qui me passe une commande. Jamais je ne trouve d’idée en me promenant. C’est difficile d’expliquer comment le cerveau nous fait trouver une idée.

Lamya : Combien as-tu écrit de livres ?

Jean Leroy : J’ai écrit 90 livres. Mon premier était « Trop », mon dernier est « Sami joue à la marelle ». Mon préféré est « La princesse, le chevalier et le dragon ».

Elyas : Comment ton histoire devient-elle un livre ?

Jean Leroy : Je n’écris pas dans un livre, j’écris comme vous et ensuite, j’envoie le texte à des gens.

Voici le chemin :

  • Ecrivain: il écrit le texte.
  • Illustrateur: il lit l’histoire puis fait les illustrations.
  • Editeur: il vérifie qu’il est d’accord et envoie à l’imprimeur
  • Imprimeur : avec ses machines, il fabrique beaucoup de livres : environ 5000.
  • Distributeur: il envoie les livres dans les magasins.
  • Libraire: il vend les livres dans sa librairie.
  • Lecteur : Il lit mon livre, parfois, il l’emprunte dans une bibliothèque, parfois il l’achète.

Mounir : Comment trouves-tu tes idées d’histoires ?

Jean Leroy : Dès fois, l’idée vient toute seul, comme ça.  D’autres fois, je me lance des défis comme écrire un conte. De temps en temps, c’est l’éditeur qui passe une commande. Mais jamais, je ne trouve une idée en me promenant. J’écris pour les enfants mais j’essaie d’écrire pour tout le monde. J’ai essayé d’écrire des BD et des romans policiers mais ce n’était pas bon.

Loan : Qu’est-ce que tu préfères dans ton métier d’écrivain ?

Jean Leroy : Ecrire une histoire ça me rend heureux surtout quand je trouve la bonne idée.

Je préfère écrire pour les enfants parce que je trouve que je suis plus doué pour ça. Les BD j’ai essayé, mais je me sens moins fort pourtant j’en avais très envie.

J’aime aussi écrire avec des amis mais quand leur idée ne me plait pas je peux dire non.

Naïm et Anaé

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *